COEURS A POILS
Bonjour et bienvenue sur CAP.

Nous vous souhaitons une agréable visite et espérons que vous nous rejoindrez : votre inscription suivie de votre présentation obligatoire sont indispensables pour consulter l'ensemble des rubriques et pour y écrire.

Merci de consulter LA CHARTE au préalable et de vous présenter.

Au plaisir de vous lire.


©️ Toute reproduction totale ou partielle de ce site est strictement interdite sauf autorisation de l'auteur et en mentionnant la source.

chien santé adoptin alimentation éducation
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 La pension canine : memento

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Morvan
Orateur
Orateur
avatar

Messages : 2624
Animaux : 6 griffons et 1 berger picard


Message Sujet: La pension canine : memento   Ven 28 Fév 2014 - 19:04

Posséder un chien, c'est l'assumer tout le temps... y compris pendant les vacances. Pour certains "c'est avec mon chien ou ce n'est pas".

Pourtant, chacun peut être amené à devoir confier provisoirement la garde de son chien à autrui. En dehors des vacances il y a les voyages d’affaires, les hospitalisation, les mini trips en amoureux, etc... alors comment faire pour soigner mon cœur à poils ?
Diverses méthodes existent :
- la débrouille : la famille ou un voisin passe au domicile une ou plusieurs fois par jour;
- certaines personnes proposent leurs services (plus ou moins officiels) pour passer à votre domicile, une voire deux fois par jour;
- le home-sitting : une personne ou un couple (souvent retraité) s’installe chez vous;
- le dog-sitting : votre chien est accueilli au domicile d’autres personnes qui ne gardent la plupart du temps que quelques chiens de petite taille et des mâles castrés;
- la pension : l’établissement d’accueil déclaré et géré par des professionnels dont le métier est entièrement voué à l’animal.

La débrouille, le home- et le dog-sitting sont laissés à l’entière appréciation des maîtres et des gardiens. Basés sur un contrat de confiance, ces systèmes échappent la plupart du temps à toutes normes et contrôles, de sorte qu’il est quasi impossible d’en schématiser l’organisation comme je le fais ci-dessous pour les pensions canines. Ces solutions alternatives sont de plus en plus souvent proposées en version "déclarée", ce qui est rassurant puisque, légalement, la personne qui a la garde de votre animal en a la responsabilité. En cas d'accident, de fugue, de morsure il vaut mieux que cette personne soit assurée et qu'aucun recours ne puisse être exercé pour mettre cette assurabilité en cause.

Qu'est-ce qu'une pension canine, comment fonctionne-t-elle, quels sont les services offerts, à quoi dois-je veiller avant de réserver, etc. sont autant de questions qui trouveront je l'espère réponse ci-dessous.

Les installations :
Les chiens gardés peuvent être bien différents (du vôtre) : destructeurs, fugueurs, amoureux invétérés, bagarreurs, sportifs, inventifs, etc.… Par conséquent, le bricolage est proscrit : toute faille serait lourde de conséquences.

Le matériel professionnel adéquat demeure le « panneau de chenil » d’une hauteur de 180 voire 200cm, en tôles pleines, en barreaux espacés de 5cm (et non 8 réservés à l’usage du particulier) ou en treillis soudés (utilisés par certains chiens pour grimper) Ces matériaux sont l’idéal, tant au niveau de la solidité que de l’hygiène. Ces « vilaines grilles » nous font inévitablement penser à la prison. L’esthétisme n’est toutefois pas de mise pour nos chiens : seul compte l’espace mis à leur disposition.

Il existe essentiellement deux types d’infrastructure :
1° Les bâtiments allongés comportent un couloir central donnant l’accès à une succession de chenils intérieurs, de préférence séparés par des panneaux pleins (les chiens restent plus calmes et les « pisseurs » n’arrosent pas le panier du voisin…) Une trappe coulissante permet l’accès à une courette extérieure, idéalement privative (parfois partagée), dont une partie est ou non couverte.

Le sol, imperméable, doit être légèrement incliné pour faciliter l’écoulement des eaux de nettoyage et des urines (attention, les carrelages sont fort glissants et certains chiens en ont peur)

2° Les abris, simples niches ou véritables cabanes de jardin donnent l’accès à un jardin privatif clôturé (souvent bien plus grand que les chenils extérieurs)

Il est nécessaire de prévoir un système de chauffage, des lampes à infra-rouge individuelles sont pratiques et permettent un usage adapté. Par contre, cette méthode vous donne l’impression que les locaux sont froids. Le prix du chauffage n’est pas toujours inclus dans le prix de la pension : renseignez-vous lors de la réservation.

Les gamelles, lavées tous les jours, doivent être déposées dans des supports fixes.

Les locaux seront clairs et aérés.
Pour des raisons de sécurité mais aussi de bien-être (tranquillité) du chien, la mise à disposition d’un chenil privatif (étendu - cela va de soi- à l’ensemble des chiens d’une même famille) est primordiale. Il est utopique de penser qu’il n’existe pas de danger à laisser vivre ensemble des chiens qui ne se connaissent pas et ce 24h/24 (y compris pendant les repas)

La plupart des pensions disposent de jardins de jeux, où les chiens peuvent se dégourdir les pattes plusieurs fois par jour. Les chiens sympas pourront y jouer avec d’autres. La surveillance doit rester régulière. Il est préférable de sortir et rentrer un chien plusieurs fois par jour plutôt que de lui laisser tout son temps de sortie en une seule séance.
Ces espaces, aux clôtures irréprochables, doivent être pourvus d’endroits ombragés.

Certaines pensions proposent, moyennant paiement, un service de promenade à la laisse ou à la longe. D’autres annoncent honnêtement que le chien ne quitte pas son box.

L’accueil du chien
Pour son confort choisissez une pension qui accepte l’installation de son panier et de sa couverture (propre) Apportez aussi un vieux t-shirt, porté quelques heures et voué à être jeté par la suite. Prévoyez encore quelques os à mâcher et des jouets.

Pour mettre le chien en confiance demandez au gérant de pouvoir l’installer vous-même dans son chenil et prévoyez d’y rester le temps qu’il découvre son nouvel environnement. Certaines pensions refusent parce que les pensionnaires s’excitent plus en présence d’un inconnu.

Le jour de son arrivée, offrez-lui une grande promenade et veillez à le conduire en début d’après-midi, afin qu’il puisse prendre ses premiers repères bien avant la nuit.
Quand vous le quittez, évitez les grands épanchements, un simple câlin, un « reste, je reviens » suffisent.

L’alimentation du chien
Un plus important pour une pension est de proposer une alimentation à la carte (flore intestinale, habitude d’un type d’aliment, raison de santé, etc.)
La santé du chien et le service sont à ce prix. Certains vous demanderont éventuellement de fournir la nourriture (sans nécessairement la ristourner)

Cette méthode est peu proposée en pension parce qu’elle présente de nombreux inconvénients pour l’exploitant (pas de prix intéressants auprès d’un seul fournisseur, stockage, restes de sacs à jeter, durée de préparation des gamelles, cuisson de frais, disponibilité de tous les produits,...) Des croquettes de « haute qualité » sont distribuées.

Renseignez-vous également quant au nombre de repas reçus surtout s’il y a des contraintes (chiots, repas fractionnés pour chiens sensibles ou malades)

La distribution de gâteries (biscuits) se fait parfois à la demande expresse du maître et… moyennant paiement supplémentaire (pauvre voisin qui n’a pas le droit au biscuit…)

La santé du chien
Ce n’est pas parce que nous partons en vacances que nous interrompons nos traitements médicaux. Idem pour le chien. Il est donc super important pour tout propriétaire de fournir :
- les médicaments et une prescription vétérinaire
- la liste des choses à surveiller (antécédents médicaux)
- l’adresse et les coordonnées du véto habituel
- votre adresse de séjour portable, fax,... ou personne de contact.
- le carnet vétérinaire en ordre de vaccinations (y compris la toux du chenil) et de vermifuges vous serra demandé d’office.

De nombreux gérants s’engagent à donner ces traitements, certains …moyennant paiement…(jusqu’à 2 euros par jour, voilà une pilule amère à digérer) Le gérant fera, en bon père de famille, appel au véto dès que nécessaire. Vous pouvez aussi exiger que le véto de la pension se mette d’office en rapport avec le vôtre.


L’hygiène du chien
Veillez à munir votre compagnon d’un collier anti-puces et anti-tiques efficace. Certaines pensions exigeront d’en mettre un nouveau (fourni par eux, éventuellement par vous).

Apportez votre chien, propre et bien brossé. Toute pension se doit de brosser régulièrement votre chien, mais il faut bien vous dire qu’il n’entre pas dans leurs obligations de lui offrir un toilettage complet si vous arrivez avec un chien plein de nœuds. Dans une bonne pension, un chien bien soigné à l’entrée vous serra remis bien soigné au départ.

Certaines pensions offrent un service de toilettage, c’est un plus pour satisfaire à la demande, mais ne s’impose pas pour le chien. Il n’y a pas de raison que votre chien pue à son retour! Si le chien nécessite un véritable toilettage (tonte, stripping …) il faut être certain que le personnel de la pension soit formé professionnellement ou alors qu’il travaille en sous-traitance avec un pro du coin. Mais dans ce cas, j’irais plutôt chez mon toiletteur habituel au retour.

L’hygiène des locaux est aussi importante :
Dire qu’une pension ne peut pas sentir le chien est une idiotie… un chien sent le chien surtout par temps de pluie. Un excès d’odeur d’eau de javel n’est pas l’idéal non plus.

Dans une pension sérieuse, les chenils seront nettoyés et désinfectés tous les jours. Il est pourtant inévitable, même en sortant les chiens régulièrement, d’avoir des déjections par-ci, par-là. Il y a les cochons de nature, puis ceux qui marquent leur territoire et ensuite les petits accidents. A chacun de voir ce qui lui semble « raisonnable »

Le panier, les jouets, les couvertures (à secouer et aérer régulièrement, voire à laver lors de séjours plus longs…) ne sont pas les bienvenus lors de l’utilisation trop radicale des nettoyeurs à haute pression qui laissent souvent des chenils mouillés et un degré d’humidité trop élevé.

Il va sans dire que les crottes doivent être régulièrement ramassées sur les terrains…


Pèle-mêle
Puis-je visiter à l’improviste ?
Idéalement oui, pourtant, ce n’est pas toujours possible, surtout dans de petites pensions. Venir à l’improviste sous-entend que l’exploitant est toujours disponible pour vous accueillir ou qu’il y a une autre personne pour le faire. C’est pourquoi certains souhaitent travailler sur rendez-vous. Imaginez : vous lavez un chien et vous avez de la visite…vous accueillez un arrivant, vous donnez les repas, vous faites un pansement, autant de cas où il serra difficile de vous recevoir.

De toutes façons, dites vous bien qu’il y a d’office des allées et venues. En outre, une pension négligée ne se remet pas en ordre en un temps deux mouvements.

Sur rendez-vous, vous pourrez tout aussi bien vous rendre compte de l’aspect général des lieux, du contact de l’exploitant avec les chiens, de leur aspect, de l’odeur ambiante, de l’état des bols d’eau.

Y a-t-il des aires de détente ?

Ce n’est pas parce que la pension dispose de terrain que les chiens en profitent. Si l’herbe est impeccable, surtout aux entrées et sorties des chenils, méfiez-vous, il est peu probable que les chiens s’y rendent pour jouer…

Informez-vous quant au nombre de chiens, au nombre d’aires de jeu et au personnel disponible et faites vos calculs pour estimer le temps de sortie de votre compagnon, indépendamment de ce qui vous est annoncé par le gérant.

Au besoin, allez « espionner » la pension de l’extérieur, à plusieurs reprises et à des heures bien différentes.
Sortent-ils seuls ? Pourraient-ils s’enfuir ?

Quelles sont les heures d’ouverture ?
Certaines pensions respectent un jour de fermeture hebdomadaire et/ou les jours fériés. L’accueil ou le départ d’un chien peut alors être refusé ! Imaginez, vous rentrez de vacances le vendredi soir, samedi férié et dimanche fermé…Irritant non, de devoir attendre le lundi pour retrouver son chien. Renseignez-vous au préalable.

Et si mon chien est agressif ?
Si tel est le cas, ayez la correction d’en informer la pension, quitte à ce qu’il soit refusé d’office. Le responsable est aussi confronté à des agressions imprévisibles. Le chien venant pour la première fois peut tout à coup défendre son chenil comme n’importe quel territoire. A la pension de disposer de l’infrastructure nécessaire et de mettre le chien en confiance.
Laissez toujours la laisse de votre poilu à la pension. Il suffit souvent, pour débloquer une situation tendue de lui donner envie d’aller promener.

En ce qui concerne la problématique des chiens dits dangereux, les exploitants se doivent d’appliquer les réglementations en vigueur sur leur territoire communal. Par contre, ils savent que la mention d’une race sur cette liste n’implique pas que le chien soit agressif.

Pour se faire une idée, il n’est pas impossible que les responsables vous invitent à présenter votre chien lors d’une visite préalable.

Qu’est-ce que la période d’essai ?

Plus qu’une simple présentation, il est des pensions qui « imposent » jusqu’à deux ou trois jours de mise à l’essai, afin de s’assurer que tout ira bien au cours d’un long séjour. Cette méthode, parfois sollicitée par le maître, me semble superflue. Le chien allant en pension pour la première fois sera de toutes façons stressé et devra s’adapter à cette nouvelle situation. Il ne fera bien évidemment aucune différence entre le stress à l’essai et celui de son véritable séjour. N’oublions pas non plus que le chien n’a pas la notion du temps.

Qu’en est-il des activités connexes ?
De nombreuses pensions multiplient les services liés au chien : vente d’aliments et d’articles, toilettage, obéissance, élevage, service taxi, chatterie (les aboiements sont source de stress pour les chats ; mieux vaut opter pour une pension exclusivement féline) Ces activités prennent également du temps. Il convient dès lors de savoir combien de personnes assurent ces services et de déterminer si ces occupations ne se font pas en fin de compte au détriment du temps consacré aux pensionnaires…

La pension est-elle jolie ?
Vaut-il mieux une peluche dans un coin ou une aire de jeu ? Lors de votre visite, ne vous laissez pas distraire par une multitude de petits détails d’embellissement dont le chien n’a que faire. Concentrez-vous sur les besoins canins et la réponse offerte par l’établissement.

La technologie est-elle utile ?
Une radio allumée est doublement bénéfique ; elle apaise les animaux habitués aux sons des maisons et réduit les aboiements liés à la perception du moindre petit bruit extérieur.
Un système de vidéo-surveillance peut être utile (attention, plus elle se fait à distance, moins le chien voit le personnel !). Les arrangements internet et la web-cam sont très agréables et rassurent le maître. Les étés chauds font la part belle à la climatisation des locaux.

Comment puis-je conforter mon choix ?

Demandez conseil à votre véto et/ou aux professionnels du chien (écoles, toilettages) aux alentours. Le bouche à oreille reste le meilleur moyen de dénicher la bonne pension. Préparez convenablement la liste des questions que vous souhaitez poser au gérant. N’hésitez pas à vous déplacer.
Lors de votre visite, contrôlez principalement l’attitude du personnel vis-à-vis des chiens : au passage, dit-on leur nom, reçoivent-ils une petite attention, une caresse ou se contente-t-on de hurler
 « silence » ? Combien de fois par jour votre chien a-t-il le bonheur que l’on s’occupe de lui ? Les chiens semblent-ils être bien dans leur peau ? Veillez aussi à l’espace disponible en permanence.

Et maintenant ?
Votre choix est fait, ne tardez pas à réserver : les bonnes pensions affichent très souvent complet lors des vacances scolaires (parfois même plusieurs mois au préalable)

Vous avez tout mis en œuvre pour que votre poilu passe un bon séjour en pension. Ne dramatisez pas et partez en toute quiétude vers de nouveaux horizons.

Et sachez qu’à votre retour, il vous fera la fête, mais à peine plus que lorsque vous vous absentez pour faire vos courses.

La réussite passe par une bonne préparation, tant pour votre quiétude en vacances que pour le bien-être du poilu pendant votre absence.


Revenir en haut Aller en bas
-
 
La pension canine : memento
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COEURS A POILS  :: LE CHENIL :: Entretenir son chien-